haîku du coeur N°9

S’apprêtant à couper

un lotus blanc

le moine hésite.

Buson (la conscience) hésite -il par simple considération esthétique?

Ne resteraient que quelques feuilles veillant une blessure définitive.

Refuse-t-il de s’approprier un bien si périssable pour un plaisir furtif?

Je pense que partager avec les autres le miracle de la fleur et que la loi naturelle

de la nature: « bien public » guident son geste citoyen.

4 réflexions au sujet de « haîku du coeur N°9 »

  1. Peut-être le moine prend-il le temps de  » parler  » au lotus pour le préparer, peut-être lui explique-t-il la raison de son geste … c’est ce à quoi je pense en lisant ces mots§

  2. Bien vu Jean-Paul et choix judicieux.
    La semaine prochaine j’évoquerai un haïku qui soulève un questionnement du même ordre.
    Je suis ravi de constater que Haïku du Coeur fait des émules et qu’il est en passe de devenir un rendez-vous réjouissant.
    Amitiés trégoroises
    Jean

  3. Chez nous en Extrême-Orient, les végétaux ont aussi une âme car, selon les croyances, un arbre, une plante, tout comme un animal, peut-être la réincarnation d’un humain décédé.
    D’où, peut-être, l’hésitation du moine à couper le lotus (« la fleur du sage »)..
    Bien amicalement.
    Dông Phong

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s