HAÏKU DE COEUR N° 22

Je confectionne un kimono de printemps.
Sur ma vieille règle
les lettres de mon nom s’estompent.

Aya Shobū (1924-2005) in Du rouge aux lèvres, Haïjins japonaises, Makoto Kemmotu , Dominique Chipot, La table ronde, 2008.

J’ignore quel âge Aya Shobū pouvait avoir lorsqu’elle écrivit ce haïku. Elle prépare le printemps, se voulant élégante dans le nouveau kimono qu’elle portera sans doute lors du hanami. La première ligne évoque l’allégresse d’une jeune femme qui songe à sa parure. Mais très vite, la seconde observation montre une prise de conscience : les saisons se succèdent et le temps passe, marquant toute chose – et tout individu – de son empreinte. La femme qui s’exprime n’est plus (ou ne se sent plus) très jeune sans doute puisque sa règle a pris la patine des ans, semblant altérer du même coup les traits de sa propriétaire dont le nom même s’efface.
Au premier degré, il s’agit là d’une tranquille acceptation du cours de la vie et d’un simple constat introduit avec élégance à travers le concept esthétique nommé sabi. Cependant, je ne peux m’empêcher d’y voir, évoquée en pointillés, une allusion à la condition féminine. Car les femmes, en ce milieu du XXe siècle, demeurent malgré tout quelque peu dans l’ombre, assujetties qu’elles sont aux règles sociales, dans une société (japonaise) dominée par le masculin et, dans la sphère familiale, par époux et souvent belle-mère.
Certes, Aya Shobū écrit et fréquente les milieux littéraires. Mais il y a fort à parier qu’elle ait ressenti des difficultés à exister pleinement en tant que femme.

Danièle Duteil

3 réflexions au sujet de « HAÏKU DE COEUR N° 22 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s