HAIKU DU COEUR N° 123

MAGIE DU VERBE

 » It’s the summer heat  » –
she says
Then she breaks down and cries …

 

 » C’est la chaleur de l’été  » –
dit-elle
Puis elle s’effondre et pleure …

Que cette nouvelle oeuvre de Nishiyama Sôin (1605-1682) vous saute aux yeux comme un bel étonnement !

Le dictionnaire mondial des littératures relate que  » dans les années 1670, de jeunes poètes d’Osaka et d’Edo conduisent une offensive contre les écoles traditionnelles – comme l’école Teimon de Teitoku (voir articles précédents) – et fondent autour du poète Nishiyama Sôin, un haïkaï qui se veut renouvelé et en prise directe avec la vie quotidienne « .

Ce haïku me semble illustrer le propos avec pertinence ; il nous arrive une nouvelle fois via la langue anglaise et comporte une chute (kiregi) qui manifestement contribue à déconcerter. Le lecteur peut alors s’adonner à l’élaboration de multiples scénarii et le personnage féminin ne laisse pas de nous intriguer.

Par cet art de la suggestion, Sôin crée une situation qui sans être tragique à proprement parler, induit un sentiment de compassion. Qui ne s’est pas trouvé un jour complètement décontenancé par un brusque accès d’émotion de la part de son interlocutrice ou de son interlocuteur ?

Nishiyama Sôin cultive l’attrait pour l’imprévu ; de ce fait, il rend le haïku d’autant plus précieux qu’il traduit un évènement soudain, signifiant de ce que Roland Barthes intitula  » instant d’élite « .

Nous ne saurons jamais pourquoi les larmes ont envahi les yeux de cette femme. Cette simple évocation suffit d’ailleurs à nous rendre la scène attachante.

Magie de l’instant, magie du verbe.

Jean Le Goff

21 juin 2014

Bibliographie :
– Dictionnaire mondial des Littératures de P.Mougin, K.Haddad, J.Wolling aux éditions Larousse. Bibliothèque Nationale de France. 2002.
– site komyozan.org (Haïku by Sôin)

4 réflexions au sujet de « HAIKU DU COEUR N° 123 »

  1. Tout à fait d’accord Jean Paul il y a matière après ce billet de Jean qui nous laisse penser à un bel été……

    Premier jour d’été
    le paysan pleure déjà
    pour ses récoltes

    •  » Premier jour d’été  »
      canicule ou sécheresse ?
      immanquables plaintes

      Merci Choupie, amitiés

      Jean

  2. déconcertant, c’est certain. Mais ne peut-on pas imaginer le haïbun qui l’accompagnerait? A chacun le sien.
    Merci Jean

    • Ce pourrait être un joli sujet pour un haïbun ou une nouvelle effectivement… le pouvoir de suggestion du haïku est sans limite !
      Amitiés

      Jean

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s