HAIKU DU COEUR N° 133

DETAIL

Les semelles de mes chaussures
sont propres
A force de marcher sous la pluie

Jack Kerouac
1922 – 1969

Qui n’a pas vécu un long parcours de marche en compagnie de lui-même ne peut apprécier. Jack Kerouac fait allusion ici et de manière magistrale, à toutes ces multitudes d’impressions d’apparences anodines qui ne cessent de jalonner le chemin comme autant de sensations d’être au monde sans la pesanteur des habitudes. L’intérêt pour un aspect purement matériel comme celui-ci peut alors transcender toutes les vicissitudes ou du moins les repositionner à leur juste place. En voici une preuve.

Jean Le Goff
30 août 2014

Bibliographie :
Le Livre des Haïku de Jack Kerouac. Editions La Table Ronde. Paris 2006.

2 réflexions au sujet de « HAIKU DU COEUR N° 133 »

  1. Sans doute que tu étais vers la Bretagne, car vers Millau, tu ne peux qu’être, l’homme aux semelles de vent !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s