HAIKU DU COEUR N° 138

DURANT SEPT SECONDES

 

Elle se dénude

Durant sept secondes la lune

Effleure ses seins

Richard Wright

1908 – 1960

Richard Wright parsème son recueil de haïkus – Cet autre monde, livré à la postérité en 1998 – de tercets à connotations très sensuelles et celui qui ouvre cet article en est un exemple.

Avec l’expression traduite  » Elle se dénude « ,  » While she undresses  » dans l’oeuvre originale, l’auteur traduit une certaine banalité crue qui ne laisse augurer d’aucune effusion. Le second vers introduit une rythmique, comme un temps suspendu avant de voir apparaitre une quelconque émotion. Un rayon de lune modifie la scène soudainement et donne à l’ensemble une dimension érotique.

Par cette traduction, le haïku initial se trouve modifié dans sa construction :

While she undresses

A spring moon touches her breaks

For seven seconds

Outre la lune de printemps, suggestive du désir amoureux et faisant apparaitre le kigo (mot de saison) absent de l’oeuvre traduite en français, la césure nait ici avec les sept secondes. Pour Wright, ce laps de temps très court peut signifier qu’il suffit à l’apparition d’un tel désir, le chiffre sept étant considéré comme chacun sait comme magique car universellement reconnu comme  » le symbole d’une totalité, mais d’une totalité en mouvement ou d’un dynamisme total « .

Dans l’un de ses ouvrages en prose, Richard Wright précise au lecteur la motivation qui le portait à écrire :  » je voulais tenter d’établir une passerelle de mots entre le monde et moi (…), des mots destinés à conter, à marcher, à se battre, à crier cette sensation de faim qui nous travaille tous, cette faim de la vie « .

Le tercet qui ouvre cet article constitue une parfaite illustration de l’intention de l’auteur ; il confirme toute la force suggestive du haïku … en sept secondes !

 

Jean Le Goff

4 octobre 2014

 

Bibliographie :

– Haïku, cet autre monde. Richard Wright. Introduction de Julia Wright. Traduction de Patrick Blanche. Edition La Table Ronde. Paris 2009. 302 pages.

– Dictionnaire des symboles. Jean Chevalier et Alain Gheerbrant. Robert Laffont éditeur. Paris 1991. 1060 pages.

 

8 réflexions au sujet de « HAIKU DU COEUR N° 138 »

  1. Une sensualité qui mériterait plus de sept secondes et si comme le haïku on la répétait au moins une fois, 14 secondes de bonheur !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s