HAIKU DU COEUR N° 167

Haiku du Coeur n° 167

Merveilleux et tragique

Un monde de douleur et de peine

alors même que les cerisiers

sont en fleur

Kobayashi Issa (1763 – 1827)

A quelques reprises déjà, nous avons évoqué dans cette rubrique des oeuvres de Kobayashi Issa considéré légitimement comme l’un des quatre grands maîtres du haïku.

Malgré une existence marquée par les deuils, Issa fut à l’origine de haïkus de style enlevé et souvent joyeux. Si Botticelli pourrait en être le peintre, Vivaldi le musicien, Kobayashi Issa pourrait être considéré comme le poète du printemps, tant nombre de ses haïkus célèbrent la saison avec beaucoup de passion.

Dans ce tercet, l’auteur fait montre de son talent par l’opposition qu’il souligne entre la misère du monde d’une part et son merveilleux d’autre part. Le haïku est de toutes les époques vous en conviendrez et je me garderai d’énoncer ici les innombrables douleurs et peines qui inondent l’actualité. Malgré tout, cette année encore, les cerisiers ont fleuri et le printemps qui bientôt s’achève nous a réservé son lot de spectacles éblouissants.

Jean Le Goff

13 juin 2015

Bibliographie :

– Haïkus : Anthologie, texte français de Roger Munier. Préface d’Yves Bonnefoy. Points. Paris 2006. 228 pages.

Publicités

Une réflexion au sujet de « HAIKU DU COEUR N° 167 »

  1. contraste entre la gaité de la nature et la douleur des êtres. Voir une similitude avec les haïkus de Michel Onfray. A lire dans » Avant le silence. ».
    Amitié
    J.P.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s