HAIKU DU COEUR N° 177

HAIKU DU COEUR N° 177

La solitude c’est inventer

La semaine dernière, le Haïku du Coeur se terminait par cette réflexion de Santôka : « Il est des trésors cachés dans l’instant présent ». Poursuivons notre chemin dans les pas de celui qui arpenta les régions de son pays tel un infatigable explorateur :

déjà le crépuscule

toujours pas d’auberge

les pies jacassent

L’homme ne s’alarme guère de devoir passer la nuit à la belle étoile ; tout au plus interrompt-il ici sa marche pour faire un constat sous-tendu peut-être par un sentiment de solitude.

Dans un roman intitulé Tétraméron, l’écrivain espagnol José Carlos Somoza fait dire à l’un de ses personnages :

 » – La solitude est merveilleuse ! La seule chose vraiment digne dans la vie. Il nous faut si longtemps pour nous connaitre… Pourquoi connaître les autres avant nous-mêmes ? La solitude, c’est inventer. Inventer, c’est vivre. Vivre, c’est se connaître ».

Sans doute que Santôka, éternel marcheur, partait ainsi à la découverte de lui-même. Accompagné de sa plume, son art du haïku lui permettait, au détour du chemin, de fixer l’instant.

Jean Le Goff

22 août 2015

Bibliographie :

  • Santôka, zen, saké, haïku. Poèmes choisis et traduits du japonais par Cheng Wing fun et Hervé Collet, éditions Moundarren, Millemont 2003, 136 pages.
  • Tétraméron de José Carlos Somoza, éditions Actes Sud, février 2015, 250 pages.

Publicités

2 réflexions au sujet de « HAIKU DU COEUR N° 177 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s