HAIKU DU COEUR N° 204

HAIKU DU COEUR N° 204

 

LA FETE DES PETITES FILLES

Alignées sur l’autel

couleur rouge de honte

poupées de la Fête des Petites Filles

Yagi Mikajo

née en 1924

Je vous ai réservé la découverte de ce haïku pour ce samedi situé au surlendemain du 3 mars où, traditionnellement, les petites filles sont fêtées au Japon.

Ce jour-là, en effet, depuis l’ère Heian (794-1195), des autels sont décorés de poupées en kimono rouge dans les foyers. Le rite est né d’une croyance : on pensait alors que les poupées pouvaient ingurgiter les malheurs des hommes. La Fête des Filles ou Hina Matsuri voit des autels décorés de poupées avec à leur faîte les figurines du couple impérial. Ces festivités marquent également les prémices d’une fin d’hiver attendue avec impatience comme en témoignent les fleurs de pêchers qui parsèment l’autel et dont la vertu première est d’éloigner les mauvais esprits.

Allumons les lanternes

Disposons les fleurs de pêchers

Les cinq musiciens de la cour jouent de la flûte et du tambour

dit une chanson populaire.

Mais ce haïku recèle aussi une énigme avec l’expression « rouge de honte ». Que revêt ce sentiment de honte, la poétesse est peut-être seule à pouvoir le dire ? Que l’on retrouve le rouge comme la couleur du bonheur par excellence au Japon, comment s’en étonner lorsqu’on regarde le drapeau national par exemple. Par ailleurs, le rouge est la couleur portée quasi-exclusivement par les femmes hormis chez le militaire le jour de son départ. Il porte alors une ceinture rouge en gage de fidélité au pays, à la patrie.

Cependant, une autre tradition veut que les poupées soient remises précautionneusement dans leurs boites dès le soir du 3 mars afin de conserver le bonheur dans les couples. Une exposition prolongée sur l’autel aurait des conséquences maléfiques. Ces poupées-là sont-elles restées sur le présentoir au-delà de l’heure fatidique, ce qui expliquerait la honte qui les anime ? Je vous laisse méditer cette hypothèse…

Jean Le Goff

5 mars 2016

Bibliographie :

  • Le poème court japonais d’aujourd’hui. Présentation, choix et traduction de Corinne Atlan et Zéno Bianu. nrf / Poésie / Gallimard. Paris 2007. 220 pages.

Publicités

2 réflexions au sujet de « HAIKU DU COEUR N° 204 »

  1. on pourrait y voir aussi un rite initiatique. Les vieilles traditions ont souvent un revers obscur….
    amitié J.P

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s