HAIKU DU COEUR N° 205

HAIKU DU COEUR N° 205

 

HORREUR ET AVEUGLEMENT

Décombres de la guerre –

sur un sol en ciment

des fillettes jouent à la balle

Nakamura Kusabao

(1901-1983)

Ce haïku fut écrit en 1945, année où les raids aériens de l’armée américaine sur Tokyo réduisirent la ville en cendres.

Ce haïku pourrait tout aussi bien avoir été écrit aujourd’hui à Kobané ou à Alep en territoire syrien.

Ce haïku dit toute l’horreur qui accompagne la guerre, ou tout du moins, il la suggère.

Car la guerre, aérienne en particulier, n’est que cadavres, mutilés et décombres après son passage.

Qui pourrait se satisfaire de voir des enfants jouer au milieu des décombres ?

La guerre est aveugle. Les raids aériens sont aveugles quelle que soit l’époque et quelle que soit la cause pour laquelle ils s’organisent.

On ne dira jamais assez l’horreur de la guerre et l’aveuglement de ceux qui la mènent.

Dans un livre décrit comme saisissant de vérité, et qui vient de sortir sous le titre Les portes du néant (Stock), Samar Yazbek, réfugiée syrienne, décrit l’atrocité quotidienne des conflits en Syrie.

Sa conclusion est très simple et incontestable : « Le grand vainqueur c’est la mort ».

Jean Le Goff

12 mars 2016

Bibliographie :

  • Le poème court japonais d’aujourd’hui. Présentation, choix et traduction de Corinne Atlan et Zéno Bianu. nrf / poésie / Gallimard. Paris 2007. 220 pages.
Publicités

4 réflexions au sujet de « HAIKU DU COEUR N° 205 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s