HAIKU DU COEUR N° 206

HAIKU DU COEUR N° 206

INVITATION AU VOYAGE

Au bout de sa langue

il cache des paysages –

l’étranger

Horimoto Gin

née en 1942

Avec la venue du printemps, c’est un haïku vivifiant que je vous propose aujourd’hui.

Il rompt avec les sempiternels discours d’exclusion qui accompagnent l’évocation des migrants et autres miséreux qui viennent se heurter aux grilles des frontières d’une Europe qui semble avoir oublié ses tragédies du siècle dernier.

Oui, cette forme poétique qu’est le haïku recèle un pouvoir hautement précieux, celui de nous ouvrir les yeux. Ces trois vers suffisent à nous en convaincre.

Ecoutons-le, l’étranger, son discours est à lui tout seul, un voyage.

Jean Le Goff

19 mars 2016

Bibliographie :

  • Le poème court japonais d’aujourd’hui. Présentation, choix et traduction de Corinne Atlan et Zéno Bianu. nrf / poésie / Gallimard. Paris 2007. 220 pages.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s