HAIKU DU COEUR N° 215

HAIKU DU COEUR N° 215

Corps cloué, esprit vagabond

Sur la plage de sable

De longues traces de pas

Jour de printemps !

Masaoka Shiki

Voici un haïku extrait d’un ouvrage qui vient d’être publié aux éditions Les Belles Lettres et qui s’intitule :  » Un lit de malade, six pieds de long « .

Chacun reconnait en Masaoka Shiki (1867-1902), le père du haïku moderne, celui qui d’après les historiens japonais contribua à dépoussiérer le genre et surtout à lui redonner un lustre qu’il avait perdu depuis que Matsuo Bashô (1644-1694) en fit un art poétique à part entière.

L’oeuvre de Masaoka Shiki ne nous est pas étrangère : nous n’avons pas manqué de l’illustrer dans ces colonnes puisque pas moins de neuf numéros des Haïkus du Coeur lui sont consacrés.

Ce dixième hommage est particulièrement émouvant car il est issu d’un ouvrage inédit en France et qui résonne chez cet auteur comme un véritable testament littéraire.

Habité par l’écriture, Shiki l’est aussi par la douleur aux derniers jours de son existence. Atteint d’une tuberculose osseuse, ce haïku fut écrit sur un lit de souffrance et il repose sur une image du passé que le poète se plait malgré tout à partager.

Si l’art du haïku est aussi celui de la suggestion, cette oeuvre constitue l’exemple même d’une telle vocation. Nul ne saura jamais à qui appartiennent ces pas que le sable s’emploie à prolonger dans le temps. Shiki lui-même se borne à les souligner sans apporter l’once d’une information sur leur origine. Et le printemps fait son oeuvre, les pas devenant les ailes d’un désir qui ne dit pas son nom.

La douleur n’interdit pas d’être sensible à  » la beauté des choses  » (selon l’expression d’Aragon dans Strophes pour le souvenir), précise une note de cet ouvrage dont la forme reste à définir. Ouvrage singulier  » Un lit de malade, six pieds de long  » est  volontiers qualifié d’  » essai  au fil du pinceau « . Mais nous en reparlerons la semaine prochaine, tant il recèle de pépites inscrites au firmament des poètes japonais.

Jean Le Goff

21 mai 2016

Bibliographie :

  • Un lit de malade, six pieds de long de Masaoka Shiki. Préface de Philippe Forest. Editions Les Belles Lettres. Paris 2016. 340 pages.
Publicités

2 réflexions au sujet de « HAIKU DU COEUR N° 215 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s