WAKA DU COEUR N° 225

WAKA DU COEUR N° 225

PEINE DE COEUR

Son reflet dans l’eau

de la Mitarashigawa

seul m’est apparu

et à son indifférence

j’ai mesuré mon infortune

murmura-t-elle et bien qu’il lui en coûtât que ses femmes pussent voir couler ses larmes, elle se disait qu’il eût été dommage de n’avoir point vu la splendeur de son éblouissante beauté dans l’apparat du cortège.

Murasaki Shikibu

Par ce waka et ce court extrait du récit Le Dit du Genji, nous pouvons constater combien le Prince peut susciter de passion. La femme délaissée s’épanche sur sa condition et  » son reflet dans l’eau  » évoque  » l’ombre de ton ombre  » chère à Jacques Brel dans  » Ne me quitte pas « .

C’est que dans les deux situations sont vécues deux détresses amoureuses que les entourages même ne sont guère censés ignorer.

Par ailleurs, l’emphase avec laquelle la beauté physique du prince est signifiée ici confinerait presque au ridicule si la douleur magnifiée par les larmes ne venait contrebalancer cette impression.

Jean Le Goff

6 août 2016

Bibliographie :

  • Le Dit du Genji de Murasaki Shikibu aux éditions Verdier. Paris 2011. 1460 pages.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s