WAKA DU COEUR N° 227

WAKA DU COEUR N° 227

Impression, poème naissant

Quand souffle le vent

tremble le fil d’araignée

dessus le roseau

aux couleurs inconsistantes

à la rosée accrochée

Murasaki Shikibu

Un jour, du pinceau et de la palette de Claude Monet, naquit un tableau intitulé Impression, soleil levant. On y voyait un lever de soleil sur le port du Havre. On y percevait surtout une ambiance matutinale qui réveille les pensées les plus secrètes. Nous étions alors en 1873 et, de l’accueil, des débats et commentaires suscités par cette oeuvre fut révélé un courant pictural qu’un critique d’art plus inspiré que les autres appela l’Impressionnisme.

L’article de la semaine dernière dans la rubrique Waka du Coeur avait pour titre Impression- nature. Il tentait de souligner l’influence de cette grande dame qu’est la nature sur nos comportements, nos sentiments, nos manières d’être.

Le waka que je fais figurer en introduction aujourd’hui relève de la même impression. Ce nouveau poème, tout en délicatesse, nous renvoie à l’impermanence des choses et à la fragilité de nombre de phénomènes naturels. Il figure subtilement une scène que nous vivons et qu’une bienveillante intention nous conduit à fixer sur le papier définitivement.

L’esprit haïku avant la lettre : comme le vivant témoignage d’une filiation entre le waka de l’an mille et le haïku apparu six siècles plus tard.

Jean Le Goff

20 août 2016

Bibliographie :

  • Le Dit du Genji de Murasaki Shikibu aux éditions Verdier. Paris 2011. 1460 pages.

Une réflexion au sujet de « WAKA DU COEUR N° 227 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s