WAKA DU COEUR N° 228

WAKA DU COEUR N° 228

D’ombre et de lumière

Au séjour des nues

où limpide luit la lune

votre coeur aspire

mais dans les ténèbres encore

ici-bas doit-il errer

Murasaki Shikibu

Par ce waka, extrait du récit Le Dit du Genji, Murasaki Shikibu, conteuse extraordinaire, fait dire à ses personnages ce que chacun d’entre nous peut ressentir au quotidien. Preuve éclatante encore une fois du caractère d’universalité de l’oeuvre toute entière.

Ici le Prince aspire à une pureté des sentiments que les aléas de la vie courante lui interdisent. Si d’aucuns peuvent considérer le terme « ténèbres » comme excessif, il est licite de vouloir le remplacer par celui de « misères », lesquelles viennent tout aussi bien ternir nos jours.

Riches de leurs rivalités et friandes de compétitivité, nos sociétés contribuent à altérer immanquablement nos atmosphères. Trop souvent, tout se passe comme si l’adversité était une fin en soi et devenait notre credo. Nous n’avons alors que des larmes à faire valoir lors d’affrontements qui nous dépassent et qui se traduisent par des exactions qui – quant à elles – dépassent l’entendement.

C’est à l’obscurantisme que nous devons ces errances et les ténèbres occasionnées par celui-ci sont cette fois des plus impénétrables. A la question du pourquoi ces errances, nous ne sommes guère en mesure de répondre tant la barbarie manifestée nous apparait étrangère.

De ces ténèbres-là nait une stupeur qui nous paralyse. Cessons de dire que nous n’avons pas peur, comment pourrait-il en être autrement et méditons ce waka si vrai parce que si humain :

Au séjour des nues

où limpide luit la lune

votre coeur aspire

mais dans les ténèbres encore

ici-bas doit-il errer

Inutile de les nommer, les auteurs des ténèbres se reconnaitront.

Jean Le Goff

27 août 2016

Bibliographie :

  • Le Dit du Genji de Murasaki Shikibu aux éditions Verdier. Paris 2011. 1460 pages.

Publicités

2 réflexions au sujet de « WAKA DU COEUR N° 228 »

  1. Quelle coïncidence, Jean. Je découvre ce waka alors que j’écoute le requiem de Mozart. Errance des âmes sur terre et dans la mort….
    Amitié.
    J.P

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s