HAIKU DU COEUR N° 233

HAIKU DU COEUR N° 233

Du temps qui passe

Laurier-rose

Nous serons toutes vieilles

dans quelques années

Takajo Mitsuhashi

1899 – 1972

Ce haïku amène magistralement notre esprit à considérer l’impermanence des êtres et des choses comme quelque chose qui va de soi et que nous devrions admettre plus volontiers.

Malgré cela, l’auteur prend soin d’associer nos vieillesses au laurier, qui dans nombre de sociétés, est symbole d’immortalité.

Quoi de plus pénétrant que la grâce des lauriers-roses au beau milieu d’un jour d’été ? Jouir du temps qui passe à l’ombre de leurs bosquets est un privilège et c’est sans doute avec des accents de nostalgie que Takajo Mitsuhashi nous livre ce haïku.

L’image est très belle et elle contribue à nous réconcilier en toute humilité avec le temps qui passe, inexorablement.

Jean Le Goff

1er octobre 2016

Bibliographie :

  • Anthologie. Du rouge aux lèvres. Haïjins japonaises. Traduction et présentation de Dominique Chipot et Makoto Kemmoku. édition bilingue. Poésie / Points. Paris 2010. 270 pages.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s