HAIKU DU COEUR N° 246

HAIKU DU COEUR N° 246

L’année s’en va

Comme écartant du pied ce qui fut

sans un regard en arrière

l’année s’en va

Senkaku

Ainsi soit-il … ! 2016 s’achève et c’est aussi bien comme ça ; à l’image de ce haïku l’année s’achève sans regret pour la plupart d’entre nous. Le concert international de l’an fut comparable à un  tintamarre tragique ; d’ailleurs, ce ne fut guère mieux en 2015 ! Des images de guerre et des séries d’attentats qui nous surprennent autant qu’elles nous traumatisent.

Alors, la poésie me direz-vous ? Senkaku est là aujourd’hui pour nous la faire partager. Rappelons aux non-initiés que pour l’auteur de haïkus japonais l’année comporte cinq saisons puisque aux quatre que nous connaissons vient s’ajouter le Nouvel An qui constitue, sur l’archipel, une saison à lui tout seul.

La poésie contribue à nous sauver, nous apaiser tout du moins. Qu’elle soit sous forme de haïku ou autre, elle redonne cet élan de vie si précieux lorsque le bruit des armes nous taraude. Les mots sauvent des maux, même si comme l’a écrit Stig Dagerman :  » notre besoin de consolation est impossible à rassasier « .

Poursuivons, continuons à cueillir et créer des haïkus, toujours et encore afin de pourchasser les idées mortifères et retenir des bribes de bonheur avant qu’elles ne s’envolent. N’écoutons que le présent car nous avons bien assez du présent pour vivre pleinement. Et puisque nous sommes en Bretagne inspirons-nous de Guillevic à chacun de nos jours :

Sur l’air

Comme on fait sur une ardoise,

Ecrire des mots

Arrachés aux alentours

Ainsi sera-t-elle cette année à venir, pleine de mots, vivante car pleine de mots…

Bonne et heureuse année 2017 à Toutes et Tous,

Jean Le Goff

31 décembre 2016

Bibliographie :

  • Haïkus. Anthologie. Texte français présenté par Roger Munier. éditions Points. Paris 2006. 230 pages.
  • Art poétique de Guillevic. éditions nrf / Poésie / Gallimard. Paris 2001. 404 pages.
Publicités

4 réflexions au sujet de « HAIKU DU COEUR N° 246 »

  1. Sur l’air
    comme on fait sur une ardoise,
    écrire des mots
    arrachés aux alentours
    sans un regard en arrière,
    comme écartant du pied ce qui fut
    l’année s’en va.

    J’ai associé ces deux textes en les modifiant légèrement, pouvant donner une certaine poésie.
    Continuez en 2017 à nous faire rêver pour un monde meilleur empli de joie et de fraternité.
    Bonne année à toutes et à tous.
    Bernard

    • Heureuse inspiration initiée par la même passion des mots,

      jolis mots pour 2017, bonne santé et … AU PLAISIR !

      Jean Le Goff

  2. Merci cher monsieur Le Goff. Oui cette année a été tragique à plus d’un titre. On est si démunis, si égoïstes, c’est désespérant. Mais les matins sont toujours aussi beaux…et les arbres… et les fleurs… et dix mille merveilles.
    Je vous souhaite une très belle année.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s