HAIKU DU COEUR N° 250

HAIKU DU COEUR N° 250

L’arracheur de navets

L’arracheur de navets

montre le chemin

avec un navet

Kobayashi Issa (1763 – 1828)

Il y a dans ce haïku toute l’âpreté du travail à la campagne notamment l’hiver.

Ailleurs, dans un autre haïku, Matsuo Bashô dit explicitement que l’hiver est la saison du navet :

Après le chrysanthème

hors le navet long

il n’y a rien

Avec ces deux exemples est-il encore nécessaire d’insister pour dire combien le tubercule renvoie le poète à une saison de désolation où la nature ensommeillée semble s’être dissoute sous l’effet des vents, des neiges et des gelées, bref des intempéries qui émaillent son cours.

Malgré ces rigueurs, l’arracheur de navets quant à lui, ne se laisse pas distraire dans ses activités. Qu’un quidam cherche son chemin quoi de plus naturel mais lui, arracheur de navets, n’envisage guère de lui consacrer plus de temps. Qu’il cherche..! se dit-il. Le navet n’attend pas, ou alors c’est cette onglée qu’il ne faut pas prolonger plus que nécessaire. On ne va tout de même pas mourir de froid en baguenaudant avec des esprits futiles qui ne savent même pas où ils vont.

Oui, décidément, plus je le lis et plus je le trouve drôle et grave à la fois, ce haïku de l’arracheur de navets. On serait enclin à le conserver comme un talisman. Une ode aux gens de peine qui se consacrent à un labeur difficile, inlassablement, par-delà toutes les circonstances que la vie réserve. L’arracheur de navets ne demande rien et pourtant il a le don de mobiliser notre affection.

Cette rubrique hebdomadaire a tendance parfois par ses articles à se vouloir iconoclaste ; aujourd’hui elle me parait tout particulièrement revêtir ce caractère, grâce ou à cause d’un arracheur de navets.

Jean Le Goff

28 janvier 2017

Bibliographie :

  • Haïkus. Anthologie. Texte français de Roger Munier. Points. Paris 2006. 230 pages.

Publicités

2 réflexions au sujet de « HAIKU DU COEUR N° 250 »

    • Aux antipodes du paraitre, il y a … l’arracheur de navets… le monde effectivement en devient plus rassurant et tellement plus humain !
      Merci à vous et bien cordialement,

      Jean Le Goff

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s