HAIKU DU COEUR N° 253

HAIKU DU COEUR N° 253

DELICATESSE

Un papillon d’hiver

s’envole, sentant l’ombre

d’une petite fille

Takajo Mitsuhashi

1899 – 1972

Le haïku est souvent l’expression d’une délicatesse et celui-ci l’est à mon sens tout particulièrement.

Certes il comporte le mot  » hiver  » mais c’est au printemps qu’on voudrait l’attribuer.

Pour ma part, je vous le livre aujourd’hui car il est né de la plume de la poétesse Takajo Mitsuhashi, renommée dans son pays, et qui nous a déjà enchantée la semaine dernière avec son  » bal des fourmis « .

Aujourd’hui la plume se veut plus subtile encore pour nous suggérer l’éternelle danse de la méfiance chez un autre insecte farouche par essence. Qu’est-ce qu’il a craint de l’ombre de la fillette, le papillon ? Il faut une poétesse pour s’interroger là-dessus et ce faisant elle ouvre nos sens et notre esprit à un autre monde.

Un monde nouveau, un monde qui nous habite subrepticement lorsque nous consentons à être au monde plutôt qu’à avoir quelque chose de lui.

Notre capacité d’émerveillement peut être infinie dès lors où l’on décide de mener son esquif dans cette direction. Les récifs de la vie quotidienne sont légion, aussi est-il nécessaire de les éviter et même parfois se payer le luxe de les ignorer.

Ne jamais oublier le pouvoir magique du papillon…

Jean Le Goff

18 février 2017

Bibliographie :

  • Le haïku de Takajo Mitsuhashi provient du site Thé au Jasmin

2 réflexions au sujet de « HAIKU DU COEUR N° 253 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s