HAIKU DU COEUR N° 256

HAIKU DU COEUR N° 256

LA NEIGE ET SON MYSTERE

La neige tombe toujours,

que je la regarde

ou que je ferme les yeux

Chieko Watanabe

Le talent du poète c’est de pouvoir dire les choses de manière à ce qu’elles apparaissent aux lecteurs comme des évidences. Ce haïku parait en être un bon exemple.

L’hiver touche à sa fin, sur les reliefs la neige est encore là. Elle s’invite même parfois au bal des catastrophes sous forme d’avalanches en particulier. Malgré cela, j’ai pensé que c’était comme un peu lui rendre hommage pour les joies qu’elle procure que de vous proposer ce haïku à cette époque.

L’auteur y décrit un phénomène étrange que nous avons sans doute tous vérifié et qui n’offre qu’une explication hasardeuse. La neige aurait la faculté de rester fixée sur la rétine alors même que le regard s’est dirigé sur autre chose.

La neige a ses mystères, la neige a ses légendes. Le scientifique démonte ce phénomène à coups de cellules photosensibles et de nerf optique. La vision du poète est toujours plus glamour. Il décrit sans expliquer, il souligne sans nuance ce phénomène qui peut rester une énigme sans que le monde en souffre.

Avant d’oublier la neige pour quelques mois, fermons les yeux et méditons sur cette impression.

Jean Le Goff

11 mars 2017

Bibliographie :

  • Haïkus d’aujourd’hui / La lune et moi ; traduit du japonais et présenté par Dominique Chipot et Makoto Kemmoku. Points. Paris. 2011. 140 pages.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s