HAIKU DU COEUR N° 264

HAIKU DU COEUR N° 264

Pétales de neige

Fleur de prunier éclose avant l’heure

Je lui ai donné un nom

Pétales de neige

Natsume Sôseki

1867 – 1916

Comment ne pas goûter la beauté de ce haïku ? Il témoigne de la passion de Natsume Sôseki pour l’observation des choses de la nature. Sa plume s’est arrêtée sur tant de moments sublimes que cette écriture en devient familière et semble ne jamais vieillir.

C’est comme une fête des sens et de contemplation qui donnerait lieu à réflexion et sublimation grâce au talent du poète. La fleur de prunier, si belle et si fragile, devient par le verbe une attraction lyrique qui nous tient à coeur.

Dans un opéra – La Fille de neige – de Rimski-Korsakov, la fée Printemps est tombée amoureuse du vieil Hiver : ce haïku semble être extrait de l’oeuvre musicale pour le plaisir des yeux.

C’est ainsi que parfois les talents de créateurs s’entrecroisent, comme autant de sources inépuisables d’aimer la vie, la nature et ses spectacles.

Jean Le Goff

6 mais 2017

Bibliographie :

  • Haïkus de Sôseki ; éditions Philippe Picquier poche ; Paris 2009 ; 140 pages.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s