HAIKU DU COEUR N° 104 EDITION SPECIALE SAINT-VALENTIN

DIALOGUE AMOUREUX

La fête des amoureux donne lieu dans cette rubrique à une édition spéciale. Je suis heureux de vous offrir la version 2014 en souhaitant que les lecteurs y puisent l’inspiration qui les rende heureux.

Voici, non pas deux haïkus mais deux tankas très anciens puisque contemporains de la période de Nara – 710-784 – et qui est considérée au Japon comme celle qui vit l’avènement de la poésie.

Fujiwara no Hirotsugu est un lettré, qui en outre, exerce un pouvoir politique ; entré en rébellion, il sera exécuté. Voici en quels termes, il écrit à sa bien-aimée :

Dans chaque branche
De ces fleurs
Des centaines de mots
Sont cachés.
Ne les traitez pas insouciamment !

(Précisons qu’une branche de cerisier accompagnait le poème).

La belle, ne l’entendant pas ainsi, lui répond :

Dans chaque branche
De ces fleurs
Des centaines de mots
Ne sauraient être contenus :
N’ont-elles pas été brisées ?

L’âpreté de la réponse n’altère pas l’élégance avec laquelle elle est exprimée, n’est-ce-pas ? A la lecture de ces vers, on ne peut s’empêcher de constater qu’aussi désarmant que puisse être le jeu des sentiments, il peut ne pas exclure une forme de délicatesse, si manifeste dans ce dialogue.

Jean Le Goff

14 février 2014

Bibliographie :

– Anthologie de la poésie japonaise classique. Editions de G. Renondeau. nrf / poésie / Gallimard. Paris 1978. 258 pages.

Publicités

EDITION SPECIALE PRINTEMPS HAIKU DU COEUR N° 42

 » LE SACRE DU PRINTEMPS  »

En guise de prélude au printemps en ce jour qui précède son arrivée, permettez-moi d’évoquer YOSANO Akiko (1878 – 1942) souvent considérée comme la plus grande poétesse du Japon moderne. Yosano Akiko (le patronyme devance ici le prénom), incarne d’une certaine manière le jaillissement d’un printemps dans la poésie japonaise.

C’est par un recueil qu’elle intitula « Cheveux emmêlés », paru en 1901 que sa notoriété émergea. Cette oeuvre est considérée aujourd’hui encore, comme un classique regroupant, non pas des haïkus – une fois n’est pas coutume – mais 399 tankas, ces poèmes de 31 syllabes (5/7/5/7/7) anciennement dénommés waka et frères aînés des haïkus.

Comme Shiki pour le haïku, Yosano Akiko contribua avec Yosano Tekkan (son époux), à renouveler le genre en lui apportant un surcroit d’audace alimentée par sa jeunesse, ses exaltations et ses déchirements, puisqu’elle l’écrivit à l’âge de vingt ans.

Enfant de vingt ans
Dont ruissellent sous le peigne
Les longs cheveux noirs
Tant de beauté il y a
Dans le printemps de l’orgueil !

Vous l’aurez pressenti, ce livre est largement d’inspiration autobiographique et le printemps y culmine à chaque page :
– printemps des amours
– printemps de l’existence – printemps de la nature :  » …Rose tendre la pivoine / Rouge écarlate son coeur  » – promesse d’épanouissement :  » … Sur son front la frange / Baignant dans le doux nuage / De ce matin parfumé  » – printemps de liberté :  » … Pagode du soir / Dont je vais faire un poème / Sur les ailes d’une colombe  »

Hymne à la jeunesse, la passion, la rêverie, la contemplation, « Cheveux emmêlés » est la première oeuvre japonaise moderne donnant libre cours au bonheur au féminin. Rompant avec les canons classiques de l’effacement, cet ouvrage révolutionne le monde littéraire à sa sortie, au point d’être qualifié de sulfureux.

Une femme prend la parole :

Début du printemps
Pour ces deux jours à Kyôto
Seuls dans la montagne
Où mes cheveux emmêlés
Défient les fleurs de pruniers

Les cheveux emmêlés, titre de l’oeuvre, désignent le désordre sentimental qui habite la poétesse. Plus que les fleurs de cerisiers, d’un rose pâle, elle privilégie celles de pruniers au rouge intense, ou comme nous l’avons vu, celui des pivoines. La symbolique des couleurs est très prégnante dans les vers de Yosano Akiko.

A certains endroits du recueil, la dimension autobiographique de l’oeuvre est renforcée par l’enchainement de plusieurs tankas à la manière du renga, sommairement désigné comme un poème en chaine.

Par ailleurs, Yosano Akiko fait allusion directe à de glorieux aînés dans son oeuvre : Li Baï (701-762) fut l’un des grands poètes chinois, Ono no Komachi, poétesse japonaise du IXème Siècle que nous avons évoquée le 14 février dernier dans cette rubrique, Otagaki Rengetsu (1791-1875), potière, peintre, calligraphe et femme de lettres japonaise qui à la mort de son mari se fit nonne et Murasaki Shikibu (978-1014) surnom d’une dame de la cour et auteur de Le dit du Genji.

« Cheveux emmêlés » est synonyme du sacre du printemps et Igor Stravinsky ne m’en voudra pas d’avoir emprunté ce titre à son ballet crée il y a juste un siècle. Comme pour ce dernier, une débauche de vitalité, un parfum de scandale, une révolution en marche accompagnent le recueil.

Yosano Akiko rompt avec un certain académisme ; avec ses tankas, elle met le cap sur une renaissance, celle du printemps.

Jean Le Goff

19 mars 2013 veille de printemps.

Bibliographie :

Cheveux emmêlés de YOSANO Akiko. Traduit du japonais par Claire Dodane. Editions Les Belles Lettres. Paris 2010. 192 pages.