HAIKU DU COEUR N° 203

HAIKU DU COEUR N° 203

VOIX ET CHAGRIN

Si le chagrin avait une voix

ce serait

le cri des canards sauvages

Okamoto Hitomi

née en 1928

Ainsi donc l’auteure nous révèlerait ainsi ce qu’est la voix du chagrin. Okamoto Hitomi nous livre son point de vue, une révélation. Révélation certes, mais est-ce bien un haïku ? Poser la question c’est déjà y répondre…

Qu’importe… La simple évocation de cette voix nous la fait résonner encore et encore. Au point qu’elle en devient obsédante. C’est comme si on l’entendait réellement cette voix. C’est comme si un lointain indéterminé s’était peuplé de canards sauvages tous aussi bavards les uns que les autres.

Jean Le Goff

27 février 2016

Bibliographie :

  • Le poème court japonais d’aujourd’hui. Présentation, choix et traduction de Corinne Atlan et Zéno Bianu. nrf / poésie / Gallimard. Paris 2007. 220 pages.

Publicités

Une réflexion au sujet de « HAIKU DU COEUR N° 203 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s